Kasaï Central : LIZADEEL appel le gouvernement au respect de la loi portant « protection de l’enfant » à Kananga

La Ligue de la Zone Afrique pour la Défense des droits des Enfants et Élèves (LIZADEEL) s’inquiète de la situation que traverse les enfants au Kasaï central.

Le coordonnateur de cette structure a, au cours d’un entretien en marge de la journée mondiale contre le travail des enfants, appelé le gouvernement à veiller au respect de la loi portant protection de l’enfant.

Jean Malhis Lungala lance cet appel suite au constat selon lequel les enfants sont utilisés pendant cette période d’arrêt de cours pour des fins commerciales.

La LIZADEEL dit avoir observé une augmentation sensible des enfants dans les rues et marchés transportant des grandes charges sur la tête avec tous les risques auxquels ils sont exposés.

Le coordonnateur de cette structure de défense des droits des enfants et élèves qui soutient que la place de l’enfant est à l’école ou en famille souligne que dès lors que les cours sont suspendus, les parents doivent veiller à l’encadrement des enfants dans la famille car ces derniers se retrouvent dans la catégorie des personnes vulnérables.

Maître Jean Malhis Lungala estime que cette situation qui habitue les enfants au goût de l’argent risque d’affecter leur mental à la reprise des cours.

« Lorsque l’enfant s’habitue avec le commerce, il va aimer l’argent et à la reprise des cours, il n’aura pas encore le goût d’étudier », renchérit-il.

Cependant, la LIZADEEL qui indique que l’enfant est un trésor et devrait bénéficier de la protection et l’encadrement, constate que ce dernier est devenu un instrument de production et de travail dans les activités commerciales et autres travaux lourds, dans les carrés miniers, ce qui porte atteinte à la loi portant protection de l’enfant et à la constitution qui consacre la sécurité, la protection et l’encadrement des enfants mineurs.

David Saveur Mikobi